28 janvier 2015 Par Alexandra 14

Le jour où tu m’as sauvée

Relation mère fille

J’ai longtemps hésité à écrire sur cette relation mère fille mais dans 6 jours c’est ton anniversaire et je ne pouvais pas ne pas te dire ce que j’ai sur le cœur.

J’ai attendu d’être mère si longtemps, j’ai toujours pensé que jamais je n’aurais le droit de goûter a ce plaisir, à cette merveilleuse aventure que d’avoir son bébé dans ses bras.

Une adolescence difficile, mal dans ma peau, un coup trop grosse, un coup trop maigre, peur de ce que les autres pouvaient penser de moi.

Je suis devenue une jeune femme de 23 ans avec un caractère fort, anxieuse, hyperactive mais surtout très sensible. Je ne savais pas trop où j’allais me diriger, je ne voyais aucun avenir. Trop de questions, trop de gamberges. Je me sentais tomber. Vers quoi ? Cela reste un mystère mais c’était un mal-être environnant qui s’accrochait à mon pied et ne voulait pas s’en aller.

Devenir Maman m’a donné goût à la vie

Puis me voilà le 16 juillet 2013 où après un retard de règle je me rend compte que je vais devenir maman. Je me voie encore fixer le test comme si je rêvais. Mon cœur s’est emballé ma tête était sur le point d’exploser.

Puis ce fut un parcours difficile où j’ai cru te perdre, une grossesse très difficile due à une malformation utérine mais cela on ne le détectera que plus tard…

J’ai cru ne jamais pouvoir te voir. Combien de larmes ont coulé ? Combien de nuits sans dormir ? Je ne rêvais que d’une chose : te voir, te sentir, te toucher mon bébé.

Puis le 3 février, après deux hospitalisations, tu es arrivée. Je revoie encore ma tête avec 30 kg de plus, un ventre tellement gros qu’un deuxième aurait pu se cacher dedans.

2:35. Tu es née par une césarienne en urgence à 36 semaines d’aménorrhée. Tu n’avais plus de place et on m’apprendra quelques mois plus tard que j’ai une malformation à l’utérus, un utérus unicorne.

relation mère fille

Je commence à compter ces longues minutes où j’attends ton cri, mais tu ne cries pas. Ils doivent t’intuber. Au bout de longues minutes, je t’entends hurler, ce fut une délivrance.

Te voilà le 3 février 2014 le jour de mes 24 ans, 24 ans à être perdue, à ne pas savoir qui j’étais, à ne pas avoir confiance en moi, à attendre ce moment où je deviendrais enfin “maman“.

Tu me prends le doigt et me fixe avec un regard si intense que je me sens toute petite face à temps d’assurance de ta part et face à ta force de vivre.

Dans 6 jours, ma fille, tu auras 1 an et moi 25 ans. 1 an que chaque jour est un don du ciel. 1 an que je me réveille en sachant qui je suis et pourquoi je suis ici.

Ma main t’attrapera dans chaque chute, mon épaule sera là pour consoler tout tes chagrins et mon cœur de maman saura t’aimer car peu importe qui tu es, tu seras toi.

Relation mère fille fusionnelle et au final bien classique d’une simple maman qui aime sa petite fille.