Futur Parent infertilité malformations

Malformation utérine utérus unicorne

Infertilité

Bonjour mes petits loups.

Il y un an, j’écrivais pour la première fois mon histoire et la découverte de ma malformation : l’utérus unicorne.

J’ai été vraiment surprise de voir le nombre important de messages et de commentaires réceptionnés et j’ai décidé de faire un point un peu plus complet sur la malformation de l’utérus unicorne et mon parcours de grossesse.

Il y a donc plusieurs malformations utérines : l’utérus bicorne, l’utérus cloisonné, l’utérus unicorne, l’utérus cordiforme.

Seulement 3% des femmes sont au courant de leurs malformations car la plupart du temps celles-ci ne sont pas recherchées. En effet, s’il n’y a pas de problème de fertilité ou des problèmes pendant la grossesse, il n’y a aucune raison de faire des examens complémentaires.

Je suis tombée enceinte à 23 ans et j’ai vécu une grossesse relativement normale. Puis, mon bébé est né prématurément et l’hôpital a décidé de faire une échographie de l’utérus.

Je trouvais ça ridicule car à chaque fois qu’on m’avait prescrit ce genre d’examen c’était pour me dire, au final, qu’il n’y avait rien.

A voir la tête de l’échographe pendant l’examen j’ai vite compris qu’il y avait un souci. Elle a regardé mon conjoint, puis moi, puis très doucement elle nous a dit qu’il me manquait une partie de l’utérus ainsi qu’une trompe.

utérus unicorne malformation utérine

Je l’ai pris comme une grande claque dans la tête, la première pensée que j’ai eu a été : pourquoi personne ne me l’avait jamais dit ?

Aujourd’hui, avec le temps, je me rends compte que si je l’avais appris adolescente, dans cette période si difficile, cela n’aurait pas été bon du tout.

Sur cet article, on va se consacrer un peu plus sur la malformation de l’utérus unicorne et de l’envie d’avoir un bébé.

Avec un utérus unicorne les chances de tomber enceinte ne sont pas anéanties mais c’est plus compliqué. En effet, vous avez deux ovaires mais une seule trompe. De ce fait, un mois sur deux, les chances de tomber enceinte sont minces.

C’est donc ce parcours de grossesse que je vais partager avec vous. Depuis 2 ans que Mini-Crabe est née je n’ai pas eu de contraception étant donné que nous aimerions que les petits n’aient pas trop d’écart.

J’ai eu un traitement de vitamines, puis je suis repartie dans des courbes de température pour au final revenir au point de départ car cela ne fonctionne pas.

Nous nous sommes donc lancés vers l’aide à la procréation, qui, au bout d’un moment, me semble inévitable.

Je ne suis pas prête à attendre deux années de plus car moralement, c’est vraiment compliqué. Nous avons rendez-vous le 10 Février et je mets vraiment beaucoup d’espoir dans celui-ci.

Maintenant, faisons un point sur les vraies problématiques de cette malformation :

  • L’utérus est réduit de moitié, bébé aura donc moins de place pour évoluer et il est probable qu’il se place en siège et que l’accouchement se fasse par césarienne.

 

  • Le suivi de la grossesse sera plus sérieux avec des rendez-vous de contrôle plus fréquents.

 

  • Les risques de fausses couches sont malheureusement plus présents.

 

Vous êtes actuellement enceinte et vous ne savez pas vraiment comment gérer votre stress avec cette malformation ?

Je vous conseille plusieurs choses :

  • La première : la relaxation, cela vous fera le plus grand bien.

 

  • La deuxième : prendre rendez-vous le plus tôt possible avec votre gynécologue pour faire un point sur toutes vos questions et vos peurs, n’hésitez pas à prendre une feuille et un crayon et à tout noter auparavant, il vaut mieux y passer 15 minutes de plus et sortir du rendez-vous avec toutes les réponses nécessaires.

 

  • La troisième : le repos, essayez de vous ménager le plus possible tout en gardant une activité pour vous, qui vous fait du bien. Vous êtes enceinte avec une malformation mais tant que votre médecin ne vous l’interdit pas vous pouvez continuer à vivre quasi normalement.

Depuis l’écriture de ce premier article sur les malformations utérines j’ai eu plus de 150 mamans et femmes qui sont venues partager avec moi leurs parcours et j’ai eu la chance de voir des femmes revenir en tant que mamans pour m’annoncer la naissance de leurs petits bouts.

J’espère vous avoir un petit peu aidé à comprendre votre malformation.

Et vous, comment auriez-vous vécu si vous aviez appris cette malformation ?

Si vous avez une malformation utérine, comment le vivez-vous ?

34 commentaires

  1. Claiwe a dit :

    Bonjour
    J’ai un utérus bicorne (et non unicorne) en Y mais cela revient au meme pour moi car 2 ans d’essais de bébé, puis stimulation (cachets) : FC à 8 et 10 SA, IMG suite à perte des eaux à 17 SA…

    1. Raïssa Balhi a dit :

      J ai appris que j avais cette malformation l’an passé lors d’une hysteriographie demandée par mon gynécologue
      J ai pense qu’il n y avait rien de dramatique la radiologue n’avait pas l’air inquiète
      J ai compris ensuite en parlant avec ma kinésithérapeute que je n’avais qu’une seule trompe.
      Et en lisant votre article j j’ai compris que j’j’ai un utérus plus petit…

      1. Bonjour, vous avez le même utérus que moi (unicorne) mais le gynécologue m’a certifié que ce n’était pas un frein pour avoir un bébé ça prendra juste plus de temps car une seule trompe et grossesse très surveillée car risque de fausse couche . Je suis à ma premiere FIV après plus d’un an et demi d’essai mais il faut garder espoir on va l’avoir notre bébé ! Bon courage

      2. Bonjour,
        Il y a un plus grand risque de fausse couche précice et tardive (jusqu’à 5 mois) car l’uterus a du mal à grossir. Apres 5 mois, on ne parle plus de fausse couche, mais d’accouchement prématuré.
        On m’avait indiqué qu’il fallait faire une écho vers 17sa pour voir comment l’utérus grossit.
        Et il faut faire des écho col regulierement car avc un tel utérus, le col peut plus facilement lacher, donc perte des eaux precoces.
        J’avais lu aussi que ca jouait sur la fécondité car moins de place pour que l’embryon se fixe.

  2. Isabelle a dit :

    Bonjour à toutes les licornes (je préfère dire que je suis une petite licorne plutôt que j’ai un utérus unicorne, c’est beaucoup plus sympa :))!

    alors pour commencer, mon histoire en bref pour remonter le moral aux autres licornes:

    J’ai consulté mon gynéco en juillet 2018, parce que j’avais un peu des douleurs au niveau des ovaires et des cycles plus douloureux qu’avant, il me fait une écho, et détecte un kyste dans chaque ovaire et trouve que mon utérus à une forme un peu bizarre. Il me prescrit un IRM pour confirmer, et en effet, cela a confirmé que j’avais un utérus unicorne gauche, et un kyste dermoïde dans chaque ovaire, un de environ 5 cm de diamètre à gauche (mon seul ovaire relié à mon utérus) et un de 2.5 cm à droite, ainsi qu’un début d’endométriose (ce qui explique les cycles plus douloureux qu’avant). J’ai eu du mal à encaisser, j’ai fait un malaise dans le bureau du gyneco au cours de cette première consultation, et les mois qui ont suivis ont été un peu durs au niveau du moral. J’ai du tester deux fois dans les mois qui suivirent si les kystes n’étaient pas cancéreux (le première fois au diagnostic pour vérifier, la deuxième fois après un contrôle où, à l’écho, le gyneco ne trouvait pas mon ovaire gauche, ce qui aurait pu être du à une croissance très forte et rapide d’un kyste cancereux qui masquait donc un peu tout à l’écho… l’angoisse), mais non, ouf! donc finalement je m’en sors juste avec suivi régulier chez le médecin pour vérifier que le kyste ne grossit pas trop, et une invitation répétée à essayer d’avoir un enfant sans trop trainer si je veux en avoir pour savoir si ça a l’air de marcher ou pas…
    En mars 2019, on se décide avec mon copain de ne plus se protéger et de voir ce qui vient, ou pas, sans trop y penser…
    Début juillet 2019, je vais donc à une visite de contrôle pour les kystes. Le kyste gauche ayant un peu grossi, le medecin me dit que l’on va fixer une date d’opération pour me le retirer (plus le kyste est gros plus cela augmente les risques de torsion de l’ovaire, et donc on les retire en général vers 6 cm de diamètre), et en même temps retirer les lésions d’endométriose, pour l’automne prochain. Il me prescrit en même temps des tests de fertilité pour voir comment est mon ovulation avec ces kystes etc… Je sors un peu dépitée, en me disant, « c’est con j’aurai aimé qu’on ai pu essayer plus longtemps… » L’angoisse était qu’on ne savait pas trop ce qui resterait de mon ovaire gauche après avoir retiré un kyste de 6cm…. et c’est le seul qui est relié à mon utérus…
    MAIS….
    5 jours plus tard, je fais un test de grossesse car j’avais un retard de cycle, et ……. test positif !!!!!
    J’appelle donc mon gyneco direct, en lui disant « changement de programme, tadaaaa !!! »
    Donc conclusion numéro 1: c’est possible de tomber enceinte assez rapidement avec un utérus unicorne + des kystes aux ovaires + de l’endométriose !!! Les médecins nous préparent souvent au pire, mais il faut rester positive (tout en étant réaliste bien sur), en essayant le plus possible de ne pas penser qu’à ça. Un conseil: n’hésitez pas à changer de gynéco, si vous trouvez qu’il n’explique pas bien, n’écoute pas assez, ou ne prend pas le temps de répondre à vos questions, et n’hésitez pas à en consulter plusieurs pour avoir différents avis: on est rare les licornes, chaque cas est unique, et la médecine ne maitrise finalement pas grand chose, donc ne pas prendre ce qu’on nous dit comme l’unique vérité gravée dans le marbre. Perso, j’ai fini par changer de gyneco, car le mien était super expeditif et pas très positif, et ça m’a changé la vie!

    Donc me voilà en début de grossesse, là bien sur, on me dit grossesse à risque, « votre grossesse, c’est pas la petite maison dans la prairie » (ce que m’a dit mon premier gyneco quand je suis allée le voir juste après le test pour vérifier que il n’y avait pas de grossesse extra-utérine), vous allez peut être devoir être beaucoup allongée, cerclée etc…. donc après être entrée euphorique en consultation, je sors plutôt flippé en me demandant dès que je bouge un peu si je devrais…
    MAIS…
    je suis maintenant à 7 mois et demi de grossesse, et j’ai eu une grossesse complètement normale, mon col est encore bien long et fermé, pas besoin d’être allongée, pas besoin d’être cerclée, et mon bébé est en plein milieu des courbes de croissance, il est actuellement estimé à environ 2.5 kg et 3.5kg si j’arrive au terme. La seule différence avec une grossesse dans un utérus normal, c’est que j’ai eu une écho tous les mois, et en vrai ça c’est plutôt cool au final: c’est rassurant et ça fait plaisir de voir le bébé qui grandit régulièrement! J’ai aussi peut être eu plus de contraction dès le début, mais complètement indolores (donc bégnines et pas alarmantes), c’est juste probablement mon utérus un peu plus petit qui avait besoin de s’étirer davantage.
    Donc conclusion numéro 2: on peut tout à fait avoir une grossesse normale avec un utérus unicorne. D’ailleurs certaines femmes s’en rendent compte après par hasard !

    Maintenant, le seul truc qui me chiffonne, c’est qu’il a la tête en haut. Ce n’est pas très grave, et c’est souvent le cas pour ce type de malformation utérine car le bébé a a priori moins de place pour se retourner. ça va juste probablement finir en césarienne programmée.
    Même si c’est pas très grave, et beaucoup de femmes en serait très contente, j’aimerais personnellement beaucoup beaucoup l’éviter et vivre un accouchement par voie basse le plus naturel possible. J’ai essayé pas mal de trucs « naturels » les deux dernières semaines pour l’inciter à se retourner (acupuncture, ostéopathe, positions absurdes….), mais rien!
    J’aurai aimé savoir si certaines d’entre vous ont réussi à faire retourner leur bébé avec un utérus unicorne et comment? est-ce que quelqu’un a eu une version (VME, version par manoeuvre externe) ou a accouché par le siège par voie basse avec un utérus unicorne?

    Merciiiii et bon courage à toutes !
    take care

    1. Bonjour,
      Un petit message pour répondre au dernier commentaire d Isabelle. Utérus unicorne diagnostique en août 2016 après 1 année d essais bebe … grosse surprise… on est suivi par un centre de pma qui nous propose d autres examens car on me dit que la malformation n explique pas l infertilité…après quelques mois, je me.decide à faire les examens … test de miller positif , on nous propose une insemination artificielle… surprise je suis enceinte (après 19mois d dessais). Bebe était en siege, j ai fait des positions de yoga, de l acupuncture, version contre indiquée et refusée par ma gynéco à cause de la malformation.. pré eclampsie à 36 SA et la césarienne devait être programmée mais le travail se met en route à 37 SA +1 . Aucun regret car bebe est en pleine forme!
      Décision est prise après bebe 1 de laisser faire la nature 🙂 retour de couches à 9 mois (allaitement long) puis surprise , test positif après 11mois d essais. Je n ai pas eu de suivi particulier car on m a dit que ce n était pas une grossesse à risque… contractions assez rapidement pour les 2 grossesses mais sinon elles se sont bien passées. Bébé 2 est né à la mi janvier par voie basse sans péridurale car il avait à tête en bas depuis un bon moment. Un accouchement qui s est super bien passé!!
      Me voilà une maman comblée !
      J aimerais donner un message d espoir en disant qu il y a les réponses de la médecine mais que les plus importantes, sont les réponses de la nature.

      1. Isabelle a dit :

        Bonjour Elo, et merci beaucoup pour ton message !
        je n’ai pas bien compris si, pour ton premier accouchement, tu as finalement accouché par césarienne ou pas (et si non par le siège ou il s’est finalement retourné?). Si par césarienne, ça n’a pas posé de problème d’accoucher pour le deuxième par voie basse, avec un utérus unicorne et cicatricielle?
        Super en tout cas et merci pour ton retour!

        1. Oui le premier est né par césarienne car le travail s est mis en route spontanément mais bébé en siege. Et le deuxième es né par voie basse avec uterus cicatriciel et unicorne. La cicatrice de l uterus était ok , 2 ans entre les deux accouchement. Peu importe la manière, votre bebe à vous combler de bonheur 🙂 je vous souhaite une.belle rencontre.

    2. Alison a dit :

      Bonjour,

      Merci pour ton histoire qui me rassure bien , j’ai été détectée utérus unicorne également. Essai bébé depuis 14 mois maintenant . Le gynéco m’a prévenu que cela n’empêcherait pas une grossesse mais doit être surveillée. J’ai fait ma première stimulation simple il y a 15 jours, j’aimerai que cela fonctionne du premier coup pour me rassurer un peu plus . Mes follicules étaient de bonne taille avant la stimulation l’échographie était satisfaisante alors on croise les doigts ! Félicitations à vous pour votre grossesse je vois souhaite que du bonheur !

  3. jessica a dit :

    Bonjour Lolita,
    je viens de lire ton parcours, et cela m’a beaucoup touchée …
    Je peux comprendre ce que tu ressent étant passé par là !
    Regarde un peut plus bas dans les commentaires j’y explique mon histoire.
    Si tu as besoin de parlé ou si tu as des questions n’hésite pas et surtout ne perd pas espoir.

  4. Lolita CLARKE a dit :

    Bonjour à toutes,

    Je viens ici parler avec des femmes ayant eu un parcours gynéco difficile, et douloureux…

    Tout a commencé en 2015, suite à de nombreux allers retours aux urgences pour des douleurs ovariennes, qui n’étant pas prises au sérieux se sont soldée par une opération d’urgence…

    En effet, première visite : « c’est une névralgie Madame, du kétoprophène et au lit »… Ok

    Deuxième visite : « c’est une constipation, prenez des laxatifs et rentrez chez vous » LOL ok

    Troisième visite : Ah! C’est un kyste ovarien prenez des cachets cela va s’évacuer comme les règles, et revenez dans un mois » ah ben je me disais aussi…

    4ème visite, la avec l’aide des pompiers car pliée en 2, une gynéco me reçoit, me fait une écho « mais madame, vous n’avez plus de kystes rentrez chez vous » ah bon? Et il est où le kyste? Parce que je n’ai pas eu de pertes ni rien du tout… ma mère a du crier et insister pour qu’ils me gardent la nuit, avec l’anti inflammatoire, la douleur passe et ils me renvoient chez moi.

    5eme visite, avec l’infirmière libérale qui venait me faire des piqures tous les jours qui m’amène et hurle sur les médecins des urgences en leur expliquant que ma douleur n’est pas normale et que quelqu’un de compétent doit me prendre en charge, un chirurgien vient donc me chercher, me palpe le bas ventre et s’écrie « Oulla, mais vous faites une péritonite madame, allez au bloc! »

    Le verdict post op tombe : kyste ovarien qui sans prise en charge à temps a fini par une torsion ovarienne, rupture de kyste, qui à entrainer une salpingite et une péritonite.
    3 semaines d’hosto, le chirurgien au réveil m’annonce, j’avais alors 25 ans, que mes chances d’être enceinte un jour en seraient amoindries… douche froide, dépression, même si je n’étais pas dans la perspective d’avoir un enfant à cette époque, ça fait mal d’entendre ça…

    Avec l’aide d’une amie qui travaillait au sein de l’hôpital, je suis reçue par une autre gynécologue, merveilleuse, qui me prend en charge et m’explique qu’en gynécologie, rien n’est jamais définitif, et qu’il ne faut pas perdre espoir si jeune…

    Ma vie se poursuit malgré tout, je suis suivie régulièrement, tous les 3 mois, mais les malheurs s’accumulent, je refais régulièrement des kystes qui sont traités à coup de progestérone, et je prends donc beaucoup de poids, je découvre des lésions cancéreuses au niveau du col de l’utérus (alors que j’ai bénéficié du vaccin contre le papillomavirus, que j’ai fait sous conseil de mon médecin qui à l’époque, m’avait dit qu’en le faisant avant d’avoir des rapports, serait très efficace… mon cul oui!), et en plus de ca ma gynécologue tombe gravement malade et quitte l’hôpital.

    Me voilà entre les mains d’un « chirurgien de guerre », très réputé pour la qualité de ces chirurgies, moins pour sa patience et son tact, mais bon pas le choix, vivant en zone rurale et ayant besoin d’un suivi régulier, je m’adapte et me fait à cet homme un peu rustre, un peu froid, et distant, mais compétent…

    Début 2018, tout recommence, kystes ovariens nécessitant opération, je repasse sur le billard, là le chirurgien me prévient, si une des trompes ou l’ovaire est trop endommagé, il s’en débarrasse!
    Me voilà prévenue, mais au réveil, il me rassure et me dit que tout est rentré dans l’ordre, qu’il a « réparé » les bêtises du précédent chirurgien, et que tout ira comme sur des roulettes pour moi…
    Je lui dis que ça tombe bien car j’ai désormais le désir d’avoir un enfant.
    Il me donne rdv 6 mois plus tard pour faire le point.

    me revoilà donc 6 mois plus tard dans son bureau, il ne se souvient bien sûr pas de moi même si je le vois tous les 3 mois, et me demande ce que je fais là, je lui dit alors qu’il souhaitait me revoir pour mon projet de grossesse…
    Il regarde vaguement mon dossier, lève à peine les yeux et me de dit de but en blanc « mais madame, ce n’est pas à moi qu’il faut s’adresser, c’est à un service de PMA… »
    Ah bon? Pourtant ces dernières paroles après l’opération étaient « tout va aller comme sur des roulettes», bon ma foi, si il le faut… il me fait donc un courrier de recommandation chez une consœur.

    Clinique privée, très chic, à 2h de route de chez moi, la secrétaire nous prévient d’entré « ici, il y a des dépassements d’honoraires, tout est payable d’avance, et ça fera donc 130 euros pour vous (oui, car Monsieur paye aussi), ensuite une gynéco nous reçoit, très froide, elle nous regarde a peine nous pose 3 questions : Êtes-vous fumeurs ou alcooliques, avez-vous déjà eu des enfants, et prenez vous de la drogue?
    Nous répondons, puis je lui tends mon dossier médical, que j’ai mis 3 mois à batailler pour avoir au complet auprès de l’hôpital ou je suis suivie, elle me regarde et me dit sèchement qu’elle n’a pas le temps de le regarder, elle imprime un document, me le remet et me dit « faites ces examens et ensuite je vous recevrez, par contre vous devez les faire ici, et pas ailleurs! » (Sous-entendu revenir tous les 4 matins, et me taper 4h de route à chaque fois).
    Au revoir, merci, 5 minutes chrono dans son bureau, pas d’examen, pas de discussion, pas d’examen de mon dossier médical qui est pourtant bien rempli…

    Extrêmement choqués et en colères, nous décidons de laisser tomber pour trouver un autre centre de PMA.

    Sur conseils de plusieurs amis nous nous rendons donc en CHU, et là nous tombons sur une gynécologue adorable, à l’écoute, qui prend le temps de lire mon dossier, de discuter avec nous et de nous expliquer le déroulé, du fait que nous soyons également à 1h30 de route de CHU, elle décide le jour même de nous faire réaliser les premiers examens.

    Elle nous redonne rdv dans 3 mois le temps d’interpréter et de réaliser les examens complémentaires.

    3 mois plus tard, alors que je devais réaliser le dernier examen nécessaire afin de statuer sur le verdict, j’ai la joie de découvrir que je suis enceinte! Je fais donc un mail à cette gyneco du CHU, qui me donne un rdv pour vérifier tout ça 15 jours plus tard.

    Je suis à 5 semaines, elle ne voit pas grand-chose, mais tout semble normal, elle me prescrit tout de même un suivi du BHCG quantitatif pour vérifier que la grossesse évolue normalement.

    5 jours plus tard, les premiers saignements… la panique, je me rend au CH de ma commune, une des gynéco qui m’avait renvoyé chez moi lors de ma première « épopée » aux urgences me fait l’examen, elle me fait mal, me regarde à peine et me dit d’un ton énervé « que voulait vous que je vois à 5 semaines, c’est n’importe quoi, ça ne sert à rien de venir pour ça les saignements sont tout à fait normal à ce stade de la grossesse ».

    Je rentre donc chez moi à moitié rassurée, mais les saignements se sont arrêtés, donc je me détends.

    Le lendemain, je reçois mes résultats d’analyses sanguines, et la, mon taux de HCG a chuté, c’est la fausse couche…

    Grosse désillusion, déception, colère tristesse, je suis passé par tous les stades, et aujourd’hui, 3 mois après c’est encore douloureux d’en parler.

    Le Dr du CHU me rappelle pour prendre rdv et faire le dernier examen qui devait être fait avant ma grossesse, pour statuer sur les causes de cette fausse couche, et de l’infertilité possible.

    Le couperet tombe, c’est un utérus « unicorne »…

    Elle m’explique que cela touche 6 000 femmes à peu près en France, et que les conséquences de cette malformation sont nombreuses : fausse couche précoce ou tardive, infertilité partielle (je ne peux tomber enceinte que lorsque j’ovule du côté droit, puisque la trompe et l’ovaire gauche ne communique pas avec mon utérus), grossesse alitée et risquée, césarienne, grand préma, bref je l’écoute sans réaliser et rentre chez moi abasourdie.

    5 ans d’examens, avec une tonne de gynécos différents, qui m’ont ouvert le bide, introduit toutes sortes de spéculums, échographe, seringues, etc dans le vagin, des frottis tous les 3 mois, des IRM, des échos, des scanner, des radios, et ils n’ont JAMAIS rien vu???

    Même elle semble surprise que cela ne soit pas notifié dans mon dossier étant donné que j’ai été 2 fois opérée, et qu’ils n’ont rien remarqué avant…

    Je cherche des femmes ayant donc été diagnostiquées avec un utérus « unicorne », (un si joli nom, pour cette saleté de malformation n’est-ce pas?), qui pourraient me livrer leur témoignage, positif, ou négatif car j’ai vraiment besoin d’en discuter avec des femmes qui traversent cela, je me sens si seule face à ça que je me noie et perd espoir…

    Merci par avance de votre écoute votre soutien et de votre aide…

  5. Winnie L'ourson a dit :

    Bonjour, moi j’ai eu l’utérus cloisonné à la naissance, ma gynéco m’a dit que je pouvais quand même porter une grossesse mais avec un peu de précaution. Je suis tombée enceinte, mais j’ai fait une fc tardive, donc on dirait que c’était un bébé né-mort…..
    Ensuite j’ai accepté de me faire opérer, par la suite je suis retombée enceinte, et j’ai bien accouché d’une petite fille, un peu avant terme, mais ça va, elle n’était même pas en cuveuse… Mais pour moi tout a mal fini. J’ai fait une grosse hémorragie, du coup mon utérus a du être rétiré..
    Aujourd’hui je suis à la recherche d’un solution, car je veux vraiment redevenir maman, sur le site Babygest j’ai bcp lu sur la gpa….. On hésite bcp, mais à la fois cette solution nous tente..

  6. Pour rassurer bcp de future maman 🙂 alors je suis avec un utérus unicorn que j’ai appris lors de ma première grossesse mais on ne m’en avait pas dit plus. J’ai aussi une autre malformation mais revenons à notre utérus lol. Je suis tombée sur une chouette gygy qui quand je lui ai parler de mon envie d’être encore maman m’a expliquer que vu mon utérus ça va être compliquer sachant que mon premier est venu après un an et demi d’essai (Naturelle).
    Au final j’arret ma pilule deux mois après bim enceinte lol que du bonheur.
    Donc ne vous découragez pas pour mon premier j’ai accoucher à 37 sa+ 3 🙂 ici je suis enceinte de 27 sa et tout est bon col toujours haut et fermer et bébé prends bien son poids malgré qu’il n’a pas bcp de place 😀 ne désespérerez jamais moi je fais tout pr tenir le plus longtemps possible, il est en siège comme mon premier mais ça ne change rien car de tte manière c’est césarienne d’office pr mon cas donc voilà à toute garder la foi ! Rester confiante et suivez toujours bien les conseils de votre sage femme ou gygy

  7. Clelia a dit :

    Bonjour
    Même parcours de mon côté.
    Accouchement après rupture soudaine de la poche des eaux à 35 SA + 3 j d’un petit garçon de 2kg qui se porte à merveille! Pour en rassurer certaine ma grossesse a été idéale jusqu’au jour de la rupture de la poche des eaux et enceinte très rapidement..
    Bon courage à toutes et merci pour ce site qui nous permet de nos sentir moins seule et extraterrestre !!
    Clélia et petit Nathan

  8. Blandine a dit :

    Bonsoir, je suis émue en lisant tout ce qui est écrit (articles et commentaires) car je me sentais seule dans cette situation.

    Depuis longtemps ma plus grosse peur et de ne pas pouvoir être maman, cela me terrifie horriblement !

    À l’age de 25 ans, j’avais des douleurs dans le bas ventre récurrents. Mon généraliste, après plusieurs examens, m’a orientée vers une gynécologue de la maternité ou je vivais. Et là, moi aussi, grosse claque ! Après une échographie pour comptage de follicules, on m’annonce que j’ai un utérus unicorne gauche et que j’ai 3 follicules à droite contre 2 à gauche ( je ne sais pas s’il y a une moyenne mais ça m’a semblé peu). Pour finir la gynécologue m’a fait une cœlioscopie (pour voir d’ou venait les douleurs) c’était des adhérences dues à l’appendicite 4 ans auparavant. Elle m’a donc décollé les adhérences et m’a également annoncé qu’elle avait débouché ma seule et unique trompe. Autant dire que j’ai vraiment été à terre d’apprendre tout ça ! Elle m’a conseillé de faire « congeler » mes ovules par précaution, mais j’ai tellement eu peur que je ne l’ai pas fait.
    Aujourd’hui j’ai bientôt 30 ans, je vis toujours avec cette boule au ventre. Mon compagnon n’est pas prêt à devenir papa pour l’instant (bien qu’il soit âgé de 37 ans). Et moi j’ai encore plus peur pour la suite..
    D’ailleurs à votre avis est ce que je peux prendre un contraceptif en sachant ça ? Ça ne risque pas d’empirer les risques d’infertilité ?

    Merci de m’avoir lue, ça fait du bien.

  9. Jessica a dit :

    Je voulais laisser un message d’espoir à toutes celles qui on une pense formation utérine. A l’âge de 12 ans on m’a trouver un rein gauche unique et rien de plus ! En Mai 2015 on décide avec mon conjoint de faire bébé. Au bout d’un an toujours rien et des règles tout les 2 mois je consulte mon généraliste qui pense a l’endomètriose il me fait donc passé une écho et là, la gyneco m’annonce que j’ai un uterus unicorne gauche ou se situe mon unique rein et que j’ai ça depuis ma naissance ! Elle me dit que ça va être dur d’avoir des enfants naturellement et qu’il faudrait penser a la pma ! J’en suis sorti en pleurs …
    Du coup on commence les tests pour faire la pma et au mois de novembre en pleine nuit des grosse douleur dans le ventre direction l’hôpital , et là surprise « je suis enceinte d’un mois » ! En lissant les commentaires sur le site j’avais peur du déroulement de ma grossesse et au final j’ai travaillé jusqu’à 4 mois les mois qui on suivi ce sont très bien passé et j’ai accouché avec 18 jours d’avance par césarienne car mon loulou se présentait par siège et il pesait 3,050 kg . Et voilà comme quoi tout est possible ! Bon courage à vous toutes.

  10. Bonjour , je viens d’apprendre ma mal formation utérus unicorne apres 1 ans et demi d’essai bb grâce à l’examen : hysterosalpingographie. Un coup dur ,ma gyneco m’a prescrit un autre examen hysterosonographie pour en voir un peu plus je stress… j’étais censé prendre du clomid pour commencer la stimulation mais elle ma dit d’abandonner ceci pour le moment . Je suis complètement perdu pour le moment ce n’est pas facile à vivre j’espère qu’on nous apportera une solution

  11. tanouch a dit :

    Je ne connaissais pas cette malformation, je decouvre. En tout ca je vous souhaite beaucoup de courage et que le parcours pma se passe le plus « facilement » possible, je penserai a vous le 10 fevrier, en esperant voir bientot un article nous annoncant, un ou une 2eme mini 🙂

    1. tanouch a dit :

      Je viens de faire attention que l’article est de l’annee derniere, oups…
      Je n’en pense pas moins et espere entendre de bonne nouvelle prochainement!

    2. Alexandra a dit :

      Je l’espère de tout mon coeur <3 Le rendez-vous Pma a été plusieurs fois repoussé à cause de ma faiblesse niveau santé mais cette fois ci nous avons rendez-vous fin mars <3

  12. Sabrina a dit :

    Bonjour à toutes ..pour ma part j’ai une malformation un peu plus complexe…c’est à dire un utérus didelphe(deux utérus,deux clos) en gros deux vagins…connaissez vous quelqu’un qui a cette condition et qui pourrait répondre à mes questions??

    1. Alexandra a dit :

      Bonjour Sabrina,
      Bienvenue ici 🙂
      Malheureusement non, je ne connais personne qui a cette malformation là.
      Avez-vous déjà vécu une grossesse ou recherchez-vous des informations par rapport à cela ?

  13. Sophie Strzerzynski a dit :

    Holà!
    Merci pour cet article. Cela permet de mieux comprendre cette malformation.

    Je serais de tt coeur avec vous le 10 février aussi…. Il faut garder l’espoir !!!! Et si une baisse de moral arrive, il suffit de regarder sa fille et les tracas disparaissent (Pour moi ça marche 🙂 )

    1. Alexandra a dit :

      C’est bien vrai <3

  14. P-rine O'ber a dit :

    COucou,

    je te souhaite de tout mon coeur d’avoir ce bébé cette année <3

    comme je te l'avais déjà dit, j'ai une malformation utérine aussi, un utérus cloisonné…j'ai accouché d'une petite fille à 23 sa, et c'est là qu'on s'en est rendu compte…j'ai été opérée pour "agrandir" l'utérus..pas de problèmes pour tomber enceinte mais pour garder le bébé…
    mais aujourd'hui, malgré ça, j'ai 2 princesses ! entre ma 2ème et ma 3ème fille, il semble que la cloison se soit refermée car après la césarienne, mon gygy me l'a fait remarqué…la question était : opère-t-on de nouveau pour un futur enfant ?
    je te souhaite vraiment d'être comblée cette année et en attendant, profite à fond de mini crabe!!!

    1. Alexandra a dit :

      Tu es un amour <3 Je profite le plus possible.

  15. Fifilatesteuse Malo a dit :

    waw je savais pas ça je vous souhaite de vite retomber enceinte et d’avoir une grossesse normale. JE VOUS SOUHAITE TOUT LE COURAGE JESPERE QUE VOTRE RENDEZ VOUS SE PASSERA BIEN LE 10 FEVRIER

    1. Alexandra a dit :

      C’est adorable merci <3

  16. Tu as donc eu de la chance avec ta première grossesse. C’est fou qu’ils ne l’ai pas vu avant ou au début de ta grossesse. J’espère que vous allez rapidement réussir à lancer bébé2.
    Bises

    1. Alexandra a dit :

      Oui, comme tu dis ….
      D’après la chef du service, l’utérus était trop dilaté pour qu’on remarque quoi que ce soit mais cela fait vraiment mal d’apprendre cette malformation à cet âge la.

  17. Reppert Sarah ( Sarah anaelle daniel ) a dit :

    Coucou ma belle et oui parcourt Pma et un parcourt assez dur faut être forte je suis passée par là pour avoir ma puce 4 ans essaie et rien on fait des exament et bim verdict insuffisance ovarienne et mon conjoind spermogramme pas bon dans cette histoire pas facile pour eux aussi touchée la virilité d’un homme et dire Ben cheri ta pas choix te masturber au labo ect…
    Sans parler dès traitement hormones mes piqure , les RDV pour les échos les prise de sang pour nous vraiment pas facile
    J’ai eu anaelle grâce à la fiv 2
    Transfere 2 embryon 1 seul cest accrochée ❤️
    Mais au bout de combat c’est magique de donner la vie sa vaut coup se battre actuellement ma puce à vient 7 mois je prend rien on cest jamais peu être un miracle peut se produire entre temps sinon fin année je retourne en Pma = procréation médicalement insister pour faire une petite sœur ou Frere à anaelle en tout cas je te souhaite bon courage bisous

    1. Alexandra a dit :

      J’imagine que cela n’a pas été facile. Combien de temps a duré ce petit parcours à partir du moment où vous vous êtes fait aider ?

  18. Ca ne doit pas être facile tous les jours. Je suis de tout coeur avec vous et espère que vous réussirez à donner un petit frère ou une petite soeur à mini-crabe! 😉

    1. Alexandra a dit :

      C’est très gentil, merci <3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *