20 mars 2016 Par Alexandra 12

Besoin de parler vous avez la parole

Besoin de parler et se confier

Bonjour les petits loups.

Nous démarrons ce dimanche avec notre chronique “besoin de parler, vous avez la parole”.

Le mois dernier nous avons inauguré un petit endroit sympa où vous pouvez parler de vos tracas, vos joies, vos doutes et poser toutes vos questions en anonyme ou bien avec votre identité.

En effet, j’ai remarqué que beaucoup d’entre nous ressentaient un besoin de parler, un besoin de communiquer sans forcément savoir vers qui se tourner quand le copain, la copine, la maman ou bien la sœur n’étaient pas disponibles.

Je vais donc commencer aujourd’hui et pour moi, c’est ma semaine horrible que je vous partage.

besoin de parler

Les virus sont arrivés et nous avons commencé dimanche dernier par un beau 40 de fièvre pour ma Mini-Crabe. Sos médecin, après être venu, m’a gentiment facturé 60 euros de déplacement pour une boîte de Doliprane…

Deux jours après, ce fut mon tour et j’ai beau être assez résistante à la douleur j’avoue que je ne supporte vraiment pas la fièvre, les frissons et les courbatures qui vont avec.

Puis, ensuite, ce fut le papa et avec cela le retour de Sos Médecin qui ma foi, cette fois-ci, n’est pas venu pour rien car la grippe s’était aggravée et était devenue une trachéite. Cortisone et antibio pour tout le monde sauf pour notre Mini-Crabe qui refuse catégoriquement de prendre les médicaments avec le goût d’orange.

Puis, j’ai eu rendez-vous avec sa pédiatre et là je dois vous avouer que mon cœur de maman en a pris gros.

Sa courbe de poids stagne et il est vraiment temps qu’on sache si oui ou non mon petit boudin est allergique. Maintenant que le virus la laisse respirer je vais pouvoir aller au laboratoire et faire toutes les recherches nécessaires. Etant donné qu’elle refuse quasiment toute alimentation, hors les biberons, j’espère de tout mon cœur qu’on ne retrouvera pas dans la prise de sang des carences.

J’en suis même à espérer qu’elle soit allergique pour qu’enfin nous sachions le pourquoi du comment et que je puisse lui commencer un régime adapté. De ce fait, elle pourra manger convenablement sans être malade et en ayant, je l’espère, de l’appétit.

Voilà mes petits soucis du moment, et vous mes loulous, souhaitez-vous nous faire partager un moment de votre vie ou avez vous simplement un besoin de parler ?

Pour retrouver la première chronique du mot pour vous rester femme, c’est par ici.

Je vous dis à très vite.