la famille maman bebe

La famille recomposée et les relations fraternelles

Bonjour mes loulous. Aujourd’hui un article qui me tient à coeur avec la famille recomposée et les relations fraternelles.

La famille recomposée et les relations fraternelles pendant l’enfance

La relation fraternelle n’est pas souvent une chose aisée : entre jalousie, amour, maladresse et ambition personnelle, on a parfois du mal à faire sa place.

Quel est le rôle des parents dans tout cela ?

Une famille recomposée est-elle toujours synonyme de paix ?

Le rôle des parents :

Quand un enfant arrive dans la famille c’est généralement une source de joie, d’amour et de débordement d’émotion. On a tendance à se focaliser très vite sur ce nouveau petit être : la préparation de la chambre, la liste pour la maternité, le prénom ou bien encore sa future garde robe.

L’aîné de la famille peut se sentir mis à l’écart par cette attention, qui, d’un coup, n’est plus centrée sur lui et nous voyons très souvent apparaître à cette période : caprices, pleurs et troubles du sommeil.

Tout cela est fait pour attirer votre attention, c’est comme un panneau « help » que ce petit être brandit.

Il est très important, pour vous parent, de communiquer avec votre enfant et cela, le plus tôt possible. Mettre des mots sur ses peurs, ses angoisses ou tout simplement ses questions.

Il faut qu’il comprenne et assimile que rien ni personne ne prendra sa place et que le cœur de son papa et de sa maman sont bien assez grands pour aimer très fort deux enfants.

Puis, c’est l’occasion de le responsabiliser. Un enfant aime se sentir utile et mis en avant.

Encouragez le, il pourra, par exemple, trouver le plus beau doudou du monde, le tout premier biberon ou bien la tenue de naissance.

La famille recomposée et les relations fraternelles pour l’adulte

La famille recomposée :

Une famille recomposée commence toujours par un désir de deux adultes de s’aimer et de reconstruire une famille.

C’est un double enjeu pour vous mais aussi pour votre enfant car il a connu une première peine comme la séparation de ses parents.

Vous devez créer une harmonie dans tout ce petit monde avec parfois des éducations différentes. Là, encore, la communication est le maître mot.

En effet, vous devez expliquer à votre enfant que papa est papa, maman est maman et que rien ni personne ne changera jamais cela.

Cependant, il existe d’autres personnes très intéressantes à découvrir regorgeant de qualités et qu’il peut être heureux sans pour autant avoir la sensation de trahir son autre parent.

Parfois, la discussion ne sera pas suffisante et la différence d’âge, le comportement de l’adulte ou bien encore le refus catégorique de l’enfant font virer en échec cette nouvelle famille.

Dans d’autres cas, un enfant unique va se trouver le frère, l’ami qui lui manquait et ce sera le début d’une belle grande amitié fraternelle.

La famille recomposée et les relations fraternelles mon expérience

J’ai manqué de cela, j’ai manqué d’un frère, d’une soeur, d’un confident, d’une amie. Il me manquait cette moitié qui aurait fait partie de moi et qui aurait tout su de moi.

Pourtant… j’ai bien une demie-soeur mais 13 ans de différence ont fait de nous des inconnues. Ma maman me demande souvent si j’en ai souffert petite. Oui, bien entendu, c’est difficile de le lui dire car cela lui ferait de la peine dans son coeur de maman mais, j’en ai souffert.

la famille recomposée et les relations fraternelles

*Dessiné par Djoe Les Mains

J’ai mis très, peut-être même trop longtemps, à faire ce deuil de cette relation inexistante. Je me voilais la face, je trouvais à chaque fois des explications puis, il faut dire que par la suite, je n’ai pas été l’ado parfaite…

Maintenant, nous sommes femmes. Femmes et mamans ayant chacune une famille, la différence d’âge ne devrait plus se sentir mais tout cela reste pour moi trop compliqué. Trop d’années de solitude, trop de tristesse, trop de non-dis et surtout un deuil de cette relation qui a déjà été fait. Cela a fait de moi cette femme forte et indépendante ne souhaitant plus de relation fraternelle.

C’est un sujet qui est bien délicat et que nous vivons tous de manière différente selon notre famille, notre éducation et notre entourage proche de l’enfance.

Dites-moi avez-vous des frères et soeurs ? Comment se passent vos relations fraternelles  ?

Avez-vous comme moi une demi-soeur ou un demi-frère ?

A très vite.

Alexandra de Mamantestavis

15 commentaires

  1. Sophie Strzerzynski a dit :

    Holà !

    Un article boulversant…. Je ne sais quoi écrire….Je suis triste pour vous….

    Je suis la dernière de la famille. J’ai une soeur et un frère plus agées que moi. J’ai 11 ans de différence avec ma soeur et 8 ans avec mon frère. Car oui ce sont ma soeur et mon frère même si génétiquement nous avons chacun un père différent… Nous avons vécu à 4, sans différence entre nous. Peut être est-ce le fait que aucun d’entre nous n’a connu son « géniteur » respectif ? Possible. Nous sommes une famille soudée. Avec la distance, on se voit très peu. Mais heureusement, le téléphone, messenger,… existent !!!! Et c’est que du Bonheur lorsqu’on se retrouve tous ensemble : nous, les conjoints, les cousins et cousines,…. Je les aime !!

    Mon homme aussi à 2 frères. Nous avons le même âge mais lui est le premier de la famille ! Et ce sont nos sentiments respectifs sur les liens entre frères et soeurs qui engendre notre envie d’avoir un deuxième enfant, afin de permettre à Crapule de connaître ce lien si fort (Même si enfants on se crêpe le chignon !!!!)

    1. Alexandra a dit :

      C’est un magnifique témoignage et je suis heureuse de voir que votre famille est si forte ; c’est tellement important pour votre petite puce.
      Depuis cette article, ma soeur m’a contactée et au final nous essayons aujourd’hui de mieux nous connaître.
      L’avenir le dira mais je suis déjà heureuse de ce progrès

      1. Sophie Strzerzynski a dit :

        Parfois il est plus facile pour nous d’écrire les choses plûtot que de les dire. Et les personnes en face de nous sont plus respectifs à cet écrit.
        Le chemin va être long mais au final, cela pourrait peut etre à vous sentir mieux au fond de vous (En tt cas je vous le souhaite) ! La vie peut être courte et généralement c’est lorsqu’il est trop tard que l’on se dit « Si j’avais su… ».
        Alors soyons folles !! Prenons notre Bonheur en main et let’s go !! 🙂

  2. Sophie Strzerzynski a dit :

    Holà !

    Un article boulversant…. Je ne sais quoi écrire….Je suis triste pour vous….

    Je suis la dernière de la famille. J’ai une soeur et un frère plus agées que moi. J’ai 11 ans de différence avec ma soeur et 8 ans avec mon frère. Car oui ce sont ma soeur et mon frère même si génétiquement nous avons chacun un père différent… Nous avons vécu à 4, sans différence entre nous. Peut être est-ce le fait que aucun d’entre nous n’a connu son « géniteur » respectif ? Possible. Nous sommes une famille soudée. Avec la distance, on se voit très peu. Mais heureusement, le téléphone, messenger,… existent !!!! Et c’est que du Bonheur lorsqu’on se retrouve tous ensemble : nous, les conjoints, les cousins et cousines,…. Je les aime !!

    Mon homme aussi à 2 frères. Nous avons le même âge mais lui est le premier de la famille ! Et ce sont nos sentiments respectifs sur les liens entre frères et soeurs qui engendre notre envie d’avoir un deuxième enfant, afin de permettre à Crapule de connaître ce lien si fort (Même si enfants on se crêpe le chignon !!!!)

    1. Alexandra a dit :

      C’est un magnifique témoignage et je suis heureuse de voir que votre famille est si forte ; c’est tellement important pour votre petite puce.
      Depuis cette article, ma soeur m’a contactée et au final nous essayons aujourd’hui de mieux nous connaître.
      L’avenir le dira mais je suis déjà heureuse de ce progrès

  3. Article très intéressant et bien écrit !
    J’ai une soeur avec qui j’ai deux ans d’écart et depuis que nous habitons chacune dans notre chez nous on s’entend beaucoup mieux qu’avant (fini les disputes et les bagarres, on a grandi ! :p).
    Quand j’étais au lycée ma maman s’est remis avec un homme qui avait deux enfants, un garçons et une fille qui avait à peu près notre âge. Ca fait 8ans maintenant et on ne s’est jamais entendu ! Le fils ça va, il nous tolère on va dire, il a toujours été dans son monde mais il est correct avec nous. La fille par contre elle peut pas nous voir. Leur maman est décédé donc ça a surement pas été facile d’accepter une autre femme dans la vie de leur père mais ils étaient déjà grand, avec ma soeur ça va mais moi ça n’a jamais collé avec cette fille. Elle est froide et en a fait baver à ma mère du coup je peux pas la considéré comme une demi soeur. Je n’ai pas de regret, nous étions ado et j’ai déjà une soeur à moi avec qui j’ai une bonne relation mais c’est surtout le fait qu’elle n’accepte pas ma mère qui me fait le plus de peine. Elle est un peu plus vieille que moi mais c’est une gamine, elle crée des histoires pour rien, même avec son frère alors tant pis, je ne chercherais pas à avoir une relation avec des personnes qui veulent pas de nous dans leur vie. Ca allait jusqu’à ce que les repas se fassent séparer, elle mangeait dans sa chambre pendant que nous étions en famille, je n’ai jamais su pourquoi et je m’en fiche désormais.
    Après je n’aurais pas eu ma soeur peut être que j’aurais été déçue ou triste que les enfants du nouveau compagnon de ma mère me « rejettent ».

    Bonne soirée !

    1. Alexandra a dit :

      Oui je pense que cela vous aurez marqué car vous n’auriez eu aucun appui. Là, avec votre soeur, c’était différent mais quel dommage !
      Vivre ensemble, pour au final, manger seule et ne pas voir que d’autres personnes sont là, juste à côté de vous, c’est bien triste. Elle a sûrement eu des circonstances atténuantes avec la mort de sa maman mais vous n’y étiez pour rien en tant qu’enfant et votre maman non plus par la même occasion.

  4. delphine chatry a dit :

    J’ai deux frères, et la femme de mon mon père a deux filles dont la plus jeune est née le même mois et la même année que mois.
    Au début c’était tout rose.
    Les préférences, le favoritisme, les injustices, j’ai vite changé d’avis et tourné le dos à ces personnes que je déteste désormais et que je ne considère pas comme des membres de ma famille.
    Je suis très remontée contre eux et j’ai décidé de ne pas les considérer.
    Un choix qui me va bien finalement sauf que c’est compliqué du coup pour voir mon père, seule hic au tableau 🙁

    1. Alexandra a dit :

      Oh j’imagine, ce n’est pas facile car du coup il se retrouve au milieu. Cependant, si ces personnes font plus de mal que de bien, c’est certainement préférable.

  5. Claude a dit :

    Un texte qui ravive des cicatrices non fermées donc je ne m’épancherais pas plus dessus.

    1. Alexandra a dit :

      Un gros bisou et un beau sourire sur votre visage, pas de tristesse 🙂

  6. J’ai deux soeurs et je suis en plein ds une famille recomposée mon compagnon a une fille et nous avons accueilli la notre en juin. On a discuté avec sa fille mis les choses au point elle a participé on lui a demandé son avis pr tout et pourtant 1 mois de vacances chez sa mère et on récupère une peste qui a perdu tte son autonomie à la maison et qui évite sa petite soeur… on ne sait pas cmt on va se sortir de ça ms bon… on a tt fait et elle voit bien que son père s’occupe tjs d’elle a du tps que pr elle ms ça ne semble pas suffire…

    1. Alexandra a dit :

      aie et pourtant avant les vacances tout allait bien j’imagine ?
      J’espère pour vous que la reprise des habitudes familiales dans votre foyer vont revenir et que ce n’est qu’une mauvaise passe car cela ne doit vraiment pas être agréable.

  7. Quelle justesse dans cet article!
    Je suis le 5ème enfant de ma mère, mais pour mon père, je suis sa fille unique. J’ai donc 2 « demi » frères et 2 « demi » sœurs, entre guillemets car pour moi, c’est des frères et sœurs à part entière. 14ans me séparent de mon frère aîné, et 7ans avec ma soeur la plus proche. J’ai donc eu le bonheur d’être à la fois dans une famille nombreuse, et d’avoir aussi mon papa pour moi toute seule! 😉 tout s’est tj bien passé dans la fratrie, avec les affinités -ou pas- que l’on retrouve partout! On ne s’entend de toute façon pas avec tout le monde de la même manière, c’est pareil avec les frangins/frangines.

    Maintenant, adulte et maman, j’aurais aimé que mon beau fils vive cette même relation avec son petit frère. Malheureusement, à caractère et éducation différente, résultats différents…c’est bien plus dur de s’attacher à un petit frère qu’on ne voit que toutes les 3semaines et qui a la chance de voir son papa tout les jours, lui…donc bcp de jalousie, de régressions (quoi que, il etait deja pas mur, mais ca n’aide pas plus!). Bref, ma vision de la famille recomposée a dû être modifiée, on est tous différents, et malgré le fait qu’on veuille faire au mieux, des fois, ça ne colle pas.

    1. Alexandra a dit :

      Effectivement, une fois toutes les 3 semaines, c’est difficile de créer des liens et de partager des choses. Certainement avec le temps cela viendra mais comme vous dites, les caractères parfois y sont pour beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *