16 janvier 2018 Par Alexandra 9

La vie à 4 avec bébé

Bonjour mes petits loups.  Je suis très heureuse d’inaugurer ce nouveau design de blog avec un tout nouvel article. Aujourd’hui, je vais vous dévoiler notre organisation mais aussi ma petite histoire de cette seconde grossesse.

La vie à 4 avec bébé miracle

Comme vous le savez pour ceux qui me suivent, j’ai une malformation utérine avec la moitié d’un utérus. De ce fait, les fausses couches sont plus fréquentes mais aussi la place pour le bébé qui est bien plus petite.

Après avoir attendu longtemps ma première fille nous avons essayé 3 ans pour notre second bébé. J’ai fait deux fausses couches dont une très douloureuse moralement, je n’en pouvais plus. Je sentais que si je continuais à m’accrocher à tout ça j’allais passer à côté de merveilleuses choses avec ma Mini et il n’en était pas question.

la vie à 4

De ce fait, je me suis conditionnée à l’idée de ne plus avoir d’enfant. J’avais ma fille, nous étions heureux, nous étions trois et au final c’etait déjà une chance.

Cette décision a été prise en avril puis en mai elle est devenue une évidence, je me revois dire à mon conjoint être heureuse de cette décision que lui avait bien du mal à accepter.

En juin, j’ai eu 10 jours de retard dans mon cycle puis le test de grossesse est devenu positif. Je me souviens d’avoir sauter de joie, d’être euphorique et de voir mon conjoint très touché.

Alors, je suis passée par une phase un peu moins sympa de “pourquoi la vie me fait ça “. Au moment même où j’avais réussi à faire une croix dessus et à m’en convaincre (puisque nous avions quitté le parcours PMA) je tombe enceinte. Est-ce encore pour faire une fausse couche ?

Utérus unicorne fausse couche

Je me posais tant de questions et j’avais si peur que pas une seule seconde, je ne me suis dit qu’il était là et qu’il allait bien.

Puis le début de grossesse a été compliqué : ils ont pensé à une grossesse extra utérine et là j’ai pris une grande claque. Hors de question que la vie m’ait encore donné un faux espoir, c’etait mon enfant et on allait se battre.

grossesse malformation utérine

A partir de ce jour là, j’ai savouré pleinement le désir et la vision de la vie à 4.

Je l’aimais déjà plus que tout et je ne voulais qu’une chose : qu’il soit avec nous.

Aujourd’hui, à l’aube de mes 28 ans, des 4 ans de ma fille et des 32 sa, je suis heureuse. En effet, petit à petit je me rapproche du but, je l’emmènerai le plus loin possible pour qu’il soit avec nous et en bonne santé.

Ma Mini qui nous demandait un frère ou une soeur depuis un moment l’attend avec impatience et nous préparons dans notre foyer cette nouvelle vie à 4.

Il a maintenant sa place dans la salle de bain, sa petite chambre est prête, le placard à gourmandises de Mini a laissé de la place pour les biberons et les tétines du petit frère.

Papa me dit souvent en entrant dans sa chambre “j’ai l’impression que c’est irréel”. On a tellement eu mal, tellement eu peur de voir ce parcours PMA devant nous que nous remercions chaque jour la vie de nous avoir donné l’opportunité d’avoir deux magnifiques enfants malgré ma malformation génétique.

Et vous, à quel moment vous êtes-vous vraiment senties maman ?

A très vite,

Alexandra de Mamantestavis