7 février 2019 Par Alexandra 150

Ecologie : La nouvelle vie des pièces de créateurs


Si le shopping est une activité très appréciable, il n’en reste pas moins vrai que le secteur du textile est aussi l’un des facteurs de pollution les plus importants au monde. Fabrication, transport, entretien ou encore utilisation de matières polluantes sont en cause. Chaque article contribuerait à hauteur de 20 fois son poids aux émanations de gaz à effet de serre. Un constat alarmant qui a poussé certains grands noms de la mode à donner plus de pérennité à leurs créations.

Destockage et Vente Privée

Les vêtements de créateurs sont certes de véritables oeuvres d’art. Cependant, du fait de leur rareté et de leur caractère presque unique, ce sont aussi des pièces qui restent chères et qui par conséquent produisent de nombreux invendus. Ce qui pousse certaines marques à avoir recours à des procédés scandaleux pour s’en débarrasser, tels que l’incinération. Cependant, d’autres solutions sont possibles, comme les ventes privées dans les usines ou lieux tenus secrets organisés par les marques ou sites de e-commerce spécialisés ouverts toute l’année. Une pratique qui permet au grand public d’avoir accès aux produits haut de gamme, dans des magasins d’usine ou sur internet, à l’image des sacs Moschino sur YOOX par exemple, que l’on trouve à des prix accessibles. Un procédé moral et humain qui permet de faire des heureux tout en évitant de polluer davantage. Et un rendez-vous devenu incontournable pour toutes les fashionistas !

Du déchet à la Haute Couture


Enfin, la mode éthique passer aussi par le choix des matières premières. Et cela, la créatrice Stella McCartney l’a bien compris, elle a créé une collection entière à partir de détritus plastiques trouvés dans les océans. Quant à Hermès Petit H, ligne temporaire de la Maison Hermès, certaines créations ont aussi été faites à partir de déchets (tissus tachés, porcelaine brisée) provenant directement des ateliers de la maison de couture. Un procédé à la fois poétique et bon pour la planète, qui permet également de dénoncer la surconsommation et l’excédent de déchets que l’on peut trouver.


L’art de l’Upcycling.

L’Upcycling est un procédé qui permet de donner une nouvelle vie aux vêtements et tissus. Et si les blogueuses et leurs DIY s’en étaient emparées depuis longtemps déjà, c’est désormais le tour de la haute couture. L’artiste Boyarde, spécialisée en Pop Art, a ainsi décidé de prendre pour toile des sacs et chaussures de luxe, auxquels elle donne alors une nouvelle vie. Les maisons Viktor & Rolf, Dior, Margiela et RVDK ont elles aussi succombé à la tendance de l’Upcycling à leur manière, en allant piocher dans leurs anciennes collections ou en collectant de vieux tissus et matériaux pour créer du neuf.

Ainsi, en 2019, la surconsommation textile n’est plus une fatalité et prouve qu’une solution est possible. Les grandes maisons de couture l’ont montré : il est possible de consommer mieux et durable même en matière d’habillement. Sans renoncer pour cela au style et à l’élégance que nous aimons tant.

*Article invité