24 avril 2019 Par Alexandra 7

J’étais pas prête

Coucou les petits loups.

Oh la la, j’ai vécu deux jours pas faciles.

Grande Prématurité : Quand tout recommence

Nous avons été faire le gros contrôle de bébé Samuel pour sa grande prématurité comme nous le faisons tous les 3 mois depuis sa naissance et cela hors les virus.

Le contrôle se fait, le pédiatre est toujours très content : il marche, mange bien, grossit bien, évolue très bien, joue à coucou caché et a une belle motricité. Il finit par me dire que c’est un des rares grands prémas à ne pas avoir besoin de spécialistes.

Puis il s’assied, fait les courbes de Samuel sur l’ordinateur et la, la phrase tombe : il ne grandit plus.

Depuis 3 mois, bébé reste bloqué à 70 cm.

Alors nous avons deux solutions : soit cela est de passage et il va reprendre sa courbe. Soit il ne grandit toujours pas et il faudra faire une recherche pathologique dû à la prématurité.

Et voilà, je suis sortie du pédiatre comme cela avec ma feuille dans les mains, les bras ballants. Ma fille était près de moi car elle y allait pour sa rhino. Je n’ai pas besoin de parler avec elle, elle sait tout de moi, comme un livre ouvert.

Elle m’a dit : tu sais maman on l’aimera toujours, il est beau Samuel.

Evidemment qu’on l’aimera toujours et que mon grand et fort petit garçon est beau mais comment la prématurité a pu me faire ça !

Moi qui la défend constamment qui le crie haut et fort sur les réseaux : Oui la prématurité est difficile mais elle fait partie intégrante de nos enfants et il faut se relever pour les accompagner et en faire une force au quotidien car plus tard ils doivent voir cela comme une bataille positive et non comme quelque chose qui a détruit sa famille ou sa maman.

Grande Prématurité : Comment faire face ?

J’ai l’impression d’avoir pris un coup de poing dans la tronche et celui-là je ne l’ai vraiment pas vu venir. Il a 15 mois AR et 12 mois AC et il est incroyable. Un coquin de première jamais le dernier pour les bêtises et les découvertes mais plutôt le premier. Il ne marche plus, il court presque. Il découvre les univers de sa soeur et a une capacité de concentration dingue pour son âge.

Alors voilà, mon fils ne grandi plus, ma chère dame prenez ça et maintenant attendez.

Je peux me battre contre quelque chose de réel mais contre du vent, contre de l’incertitude, je ne peux pas.

Chère prématurité, je ne te déteste toujours pas, tu n’auras pas cela de moi mais par contre sache que je te ferai face. Je ne pleurerai pas car je l’ai déjà fait hier et maintenant, je vais être là devant toi avec ma famille et nous y arriverons.

En perdant peut-être des plumes si le diagnostic est confirmé mais jamais nous laisserons notre petit bonhomme face à toi, désarmé.

L’avenir dira la suite je ne peux que remettre Samuel dans les mains du Ciel et prier car je n’ai que ça.

Je vous embrasse <3